Tribune de l’Ambassadeur publiée dans le quotidien Aravot [hy]

Comment rendre l’Arménie plus attractive pour les investissements étrangers ?

La politique d’investissement constitue l’un des principaux vecteurs du développement économique. Pour attirer davantage les investissements étrangers, le gouvernement arménien s’est donné comme priorité de créer un environnement favorable à l’entrepreneuriat, de renforcer la transparence du système de régulation, d’identifier les secteurs porteurs et les avantages compétitifs du pays.

Dans les deux dernières années, le pays a accueilli plus de 600 millions de dollars d’investissements étrangers, dans les secteurs des mines, de l’agro-alimentaire, de l’aviation civile, des technologies de l’information ou encore de la joaillerie. Chaque année, ces investissements contribuent à hauteur de 3,4% du PIB de l’Arménie.

Les évaluations internationales, comme celles d’Investing Across Borders, du Doing Business ou le SME Policy Index de l’OCDE soulignent les progrès réguliers du pays en termes d’attractivité et d’amélioration du climat de l’investissement étranger. Si l’Arménie est un petit marché, elle offre aux investisseurs des opportunités d’ouverture sur les grands marchés de l’Union économique eurasiatique, dont l’Arménie est membre, et de l’Iran avec lequel l’Arménie a une grande proximité.

La France est l’un des principaux investisseurs étrangers en Arménie. Elle soutient la mise en œuvre des réformes structurelles indispensables pour que le pays puisse être véritablement compétitif, attractif, en offrant des opportunités incontestables aux investisseurs étrangers. Ainsi, l’Agence française Business France conduit un Projet de Jumelage sur financement européen au bénéfice du Ministère arménien de l’Economie et de la Fondation pour le Développement de l’Arménie (DFA), agence du ministère de l’économie en charge du développement des investissements étrangers, des exportations et du tourisme. Business France transmet son savoir-faire en matière de stratégie de développement de l’attractivité du pays en identifiant les secteurs porteurs, en aidant à la mise en place des mécanismes de représentation, de dialogue et de suivi des investissements réalisés et en assurant la promotion de la destination Arménie.

L’une des composantes du Projet de Jumelage est de développer en Arménie une activité « d’aftercare ». ll ne suffit pas d’attirer les investisseurs étrangers, il faut également les maintenir, favoriser le ré-investissement, en écoutant les investisseurs, en dialoguant avec eux, en traitant de manière effective les problèmes auxquels ils seraient confrontés afin d’obtenir cette décision d’expansion de l’investissement. A l’opposé, un investisseur qui décide de se retirer n’est jamais un bon signal pour les autres investisseurs potentiels qui sont attentifs au climat des affaires, dans un climat de concurrence internationale où les capitaux ont tendance à se diriger vers les zones les plus sûres et les investissements les plus profitables.

Élément essentiel de l’attractivité, la protection des investissements étrangers est une attente forte exprimée par les entreprises et les investisseurs étrangers, ce qui suppose, en particulier, d’assurer des conditions égales d’accès au marché. Dans cet objectif, il est indispensable, comme le Gouvernement arménien s’y est engagé, que soient adoptées une nouvelle loi sur les investissements étrangers, un nouveau code fiscal qui garantira des niveaux d’imposition transparents et attractifs, et une simplification du fonctionnement des Douanes.

La France et l’Union Européenne encouragent le Gouvernement arménien à mettre en chantier, comme l’a annoncé récemment le nouveau Ministre de l’Économie, une loi sur les monopoles. Cette loi devrait permettre de caractériser les positions et les comportements monopolistiques, et d’exercer un contrôle efficace, assorti de sanctions en cas d’irrégularités constatées.

Ces réformes économiques indispensables assureront les conditions d’une concurrence loyale. En donnant un signe fort aux investisseurs étrangers qui recherchent la sécurité et la rentabilité de leurs investissements, elles favoriseront l’attractivité de l’Arménie et le développement de son commerce international.

Jean-François CHARPENTIER
Ambassadeur de France en Arménie.

publié le 02/05/2016

haut de la page